sponsors & partenaires
http://www.ladanse.com/agenda-plus.html

  
Mot de passe perdu
S'inscrire
   sponsors & partenaires
http://lart-trose.blogspot.fr/

Dans l'annuaire...

Photographe de spectacle vivant depuis le début des années 2000, je me suis spécialisée dans la photographie de danse depuis 2007.

Chorégraphe et danseuse de la compagnie Leavingrøøm. Professeur de danse contemporaine au Conservatoire de Musique et de Danse de Lorient (56).

Du 23 juin au 7 juillet, le 37e Festival Montpellier Danse présente un instantané de la danse dans le monde et vous donne rendez-vous avec les grands ...

Mutualité, association, assurance, réciprocité, société, solidarité, syndicat, tontine... La M.A.C. - Mutualité des Acteurs Chorégraphiques propose...

Apprenez et perfectionner vous dans un large choix de danse ! Intégrer un réseau social avec des actualités de danseurs du monde entier. Gratui...

Un nouveau site qui vous permet d'apprendre la Danse Orientale quand vous voulez et où que vous soyez. Apprendre les mouvements de base, des variatio...



la danse.com


Portrait : Catherine Gallant par Nicolas Villodre

Nous avons vu danser Catherine Gallant pour la première fois, en duo avec Elisabeth Schwartz, lors de l’inauguration de l’Espace Isadora Duncan, au CNRS de Meudon-Bellevue*, en 2010. Dès son plus jeune âge, Catherine, enfant timide, renfermée et secrète, prit l’habitude de communiquer par l’expression corporelle. La danse, avec les arts visuels et la musique, lui permirent d’exorciser une certaine “anxiété sociale”.

Elle étudia tôt la danse classique dans la petite ville américaine où elle vivait, ignorant alors tout de celle dite “moderne”. Vers l’âge de dix ans, alors qu’il lui arrivait d’inventer ses propres danses, elle commença à se faire une idée de la “danse libre” après avoir lu un livre emprunté en bibliothèque, Duncan Dancer (1966), écrit par l’isadorable Irma Duncan. Elle pratiqua le ballet, le jazz et la modern dance à l’université et au Conservatoire de Boston. Ayant vu danser Annabelle Gamson à la télévision, elle s’aperçut alors qu’Isadora avait toujours des adeptes qui interprétaient ses danse. Mais c’est à New York que Catherine Gallant trouva sa voie en suivant l’enseignement de Julia Levien. Elle revivait les sensations qu’elle avait eues enfant quand elle interprétait ses propres créations. Cette forme de danse lui semblait naturelle. Elle bougeait pour le plaisir de bouger, sans imaginer que cette expression deviendrait son métier.

Trois-quatre ans de pratique sont, d’après elle, généralement nécessaires aux danseurs pour atteindre un certain niveau technique. Nul besoin, cependant, d’un entraînement rigide : il leur faut lâcher prise, au lieu de vouloir à tout prix cuirasser le corps; découvrir personnellement leur ductibilité pour faire circuler l’énergie dans tout l’organisme; aborder l’œuvre de manière sensible plutôt que par le l’observation spéculaire. Ce qui ne veut pas dire qu’il suffit à tout un chacun de bougeoter pour interpréter le répertoire. Miss Gallant a remarqué que nombre d’enfants exécutent ces simples mouvements tout naturellement et qu’il est donc possible de leur transmettre les notions ou la “technique Duncan”, même si, au XXIe siècle, il est nécessaire que les jeunes danseurs apprennent bien d’autres techniques s’ils veulent se lancer dans la carrière.

Pour l’avoir vu danser, nous pouvons confirmer que Catherine Gallant a un style particulièrement fluide, ondoyant, souple qui lui permet d’enchaîner avec aisance des séries gestuelles inspirées par Isadora ou bien parfaitement inédites, conçues de toutes pièces par elle. Ses solos et ses duos avec des collègues aguerries comme Elisabeth Schwartz sont convaincants et, qui plus est, agréables à voir. On peut sur des sites comme Viméo se faire aussi une idée de son travail pédagogique, à base d’improvisations ou de créations chorales pour des ensembles de jeunes danseurs, soutenues par des airs romantiques ou du jazz joué live. Son groupe de danseurs voués à Isadora prépare activement un travail qui sera présenté dans le cadre du Jacob’s Pillow Dance Festival, le 13 juillet 2017.

Nous avons récemment croisé la danseuse-chorégraphe à Paris, alors qu’elle venait de se produire en Allemagne où elle avait été invitée par la Fondation classique de Weimar pour y célébrer par la danse la mémoire de l’historien de l’art Johann Joachim Winckelmann, l’auteur de Réflexions sur l’imitation des œuvres grecques dans la peinture et la sculpture (1755) qui influença aussi bien Goethe que Lessing, Schiller,et Hegel que tout le classicisme allemand et, plus près de nous, au tournant des XIXe et XXe siècles, le clan Isadora Duncan. Sa formule “Edle Einfalt und stille Grösse” (“noble simplicité et calme grandeur”) peut d’ailleurs fort bien s’appliquer à la danse libre.

Nicolas Villodre villodre@noos.fr

Photo 1 Catherine Gallant © Melanie Futorian D.R. - Photo 2 Catherine Gallant & Elisabeth Schwartz © Nicolas Villodre D.R.

Note :

* L’ancien pavillon de Bellevue, Hôtel du Belvédère, établissement hydrothérapique que fréquenta Manet, construit en 1846 sur les vestiges du château de la marquise de Pompadour érigé en 1750, devenu, en 1810, le Paillard-Bellevue, puis le restaurant du Bellevue-Palace-Hôtel (auquel nous devons la recette de la langouse “en bellevue”, cuite au court-bouillon, présentée, froide, en médaillons, sur une gelée de Madère, accompagnée de mayonnaise), fut acquis en 1912 par Paris Eugene Singer, le fils d’Isaac Merritt Singer, le manufacturier de machines à coudre, et d’Isabella Eugenie Boyer, par ailleurs le frère de Winnaretta, devenue princesse par son mariage avec Edmond de Polignac. Paris Singer, mécène et père d’un des deux enfants d’Isadora morts accidentellement en 1913, offrit le pavillon à la pionnière de la danse libre pour y recréer son école de danse suite à la fermeture en 1908 de celle de Grunewald. En 1914, Isadora céda le pavillon à la France. On y aménagea un hôpital auxiliaire. À la fin du confilt, l’Etat attribua la magnifique demeure à l’Office national des recherches scientifiques et industrielles et des inventions, organisme qui devint en 1939 le Centre national de la recherche scientifique.

www.catherinegallantdance.com



RECHERCHER

sponsors & partenaires
http://revalisables.blogspot.fr

Sommaire par rubrique



les derniers articles

Voir tous les articles